Conseils, astuces et nouveautés

Cybersécurité : savez-vous bien vous protéger des fraudeurs ?

Gestionnaire de Communauté

visuel-article-cybersecurite101.png

 

 

Vous vous apprêtez à effectuer des rénovations à votre domicile. Vous avez échangé plusieurs fois par courriel avec votre entrepreneur à propos de votre projet, et vous êtes impatient de voir les travaux débuter. Un jour, l’entrepreneur vous écrit pour vous mentionner qu’en raison d’une annulation il pourrait entreprendre les travaux plus tôt. Selon votre entente initiale, il vous demande toutefois de lui verser une partie de la somme entendue pour la réalisation des travaux afin qu’il puisse se procurer les matériaux nécessaires. Vous effectuez le transfert de fonds selon ses indications. Les jours passent, mais votre entrepreneur ne se présente pas. Vous le contactez et apprenez avec stupéfaction qu’il n’a pas envoyé ce courriel, mais que son compte de messagerie a été piraté.

 

Cette mésaventure, diffusée dans les médias, est celle qu’a vécu une jeune femme habitant à Bristol, au Royaume-Uni. Chaque année, des millions d’internautes comme elle sont victimes de fraudes de toute sorte, dont certaines émanent de stratagèmes si sophistiqués que même les plus prudents d’entre nous n’auraient pu les voir venir. 

 

Dans plusieurs cas, ni les banques ni la justice ne peuvent aider les victimes à récupérer les sommes perdues. Outre les pertes financières, notons aussi les conséquences sur la santé, car être victime de tels crimes comporte nécessairement son lot d’angoisse et de frustration. 

 

Dans ce contexte, il vaut mieux être toujours prudent lorsqu’on transmet des informations confidentielles en ligne ou lorsqu’on y effectue des transactions financières.

 

Voici quelques conseils simples qui pourraient vous éviter bien des désagréments.

 

Un retour à la base

 

D’abord, à titre de rappel, voici quelques règles de base à respecter.

 

Suivez les conseils d’usage afin de créer des mots de passe sécuritaires.

 

Pour votre ordinateur personnel, il est recommandé d’installer un logiciel antivirus et d’effectuer les mises à jour demandées. Certaines versions de ces outils sont offertes gratuitement en ligne. N’hésitez pas à consulter un expert pour faire votre choix.

 

Assurez-vous également, lorsque vous entrez des informations personnelles ou réalisez des transactions en ligne, d’être sur un site de confiance. Vérifiez bien l’adresse dans la barre de navigation à savoir si elle est légitime. Idéalement, accédez à ces sites en tapant vous-même l’adresse dans la barre de navigation ou en utilisant un favori plutôt qu’en cliquant sur un lien dans un courriel ou sur un site Web.

 

Si vous avez des doutes quant à l’authenticité d’un site ou d’un courriel, communiquez par téléphone avec la personne ou l’organisation concernée afin d’en avoir le cœur net. Et rappelez-vous qu’il est relativement facile et rapide pour des pirates de créer un faux site Web identique à un site officiel. Par conséquent, gardez l’œil ouvert et, dans le doute, évitez d’aller plus loin.

 

Vérifiez également que l’icône de cadenas fermé (ou de clé entière) est bien présente à côté de l’adresse du site consulté pour vous assurer que la communication avec celui-ci est chiffrée, donc sécurisée (l’adresse URL commence par https).

 

Finalement, limitez au maximum la divulgation de vos informations personnelles (numéro de permis de conduire, date de naissance, etc.), notamment dans vos échanges par courriel et sur les médias sociaux. Ces informations pourraient faciliter la vie des fraudeurs lors d’une éventuelle escroquerie et même mener au vol d’identité. Dans ce dernier cas, les conséquences pour la victime sont nombreuses et peuvent s’échelonner sur une longue période. Parmi elles, notons les pertes financières possibles et les effets sur son dossier de crédit. Ajoutons à cela toutes les démarches nécessaires auprès de diverses institutions ainsi que tout le stress associé à un tel événement.   

 

À propos, les quiz qui circulent sur les médias sociaux et qui sont en apparence inoffensifs constituent une belle occasion pour des personnes mal intentionnées de recueillir des renseignements personnels (N. B. : cet article est en anglais).

Rappelez-vous aussi que les institutions financières ne vous demanderont jamais de renseignements personnels par courriel.

 

Ajoutons en dernier lieu qu’il est conseillé d’être prudent lorsqu’on utilise un réseau sans fil public. Il est très facile pour un pirate informatique de créer des points d’accès sans fil afin d’intercepter vos informations personnelles ou de tenter d’infecter votre ordinateur. Par conséquent, connectez-vous uniquement aux réseaux sans fil connus et protégés par un mot de passe.

 

Lorsque c’est trop beau pour être vrai...

 

Un autre des principes de base à retenir pour diminuer le risque d’être victime de fraude en ligne est celui-ci : lorsqu’une situation semble trop belle pour être vraie, fuyez.

 

Un exemple qui illustre bien cette situation est la fameuse fraude 4-1-9, aussi appelée arnaque nigériane, où un prince vous offre de partager avec lui un important héritage en échange de quelques milliers de dollars pour l’aider à quitter son pays. Vous pensez que personne n’est assez crédule pour tomber dans ce genre de piège ? Eh bien, détrompez-vous. Chaque année, les nombreuses variantes de ce type d’escroquerie coûtent des milliards de dollars aux internautes de partout dans le monde. Des sites répertorient d’ailleurs quelques-unes des plus connues.

 

Lorsqu’on vous offre des prix, sans que vous ayez participé à un concours, des gratuités ou encore des sommes versées en trop pour un bien vendu en ligne, méfiez-vous.

 

Et si vous pensez avoir été victime d’une escroquerie, n’hésitez pas à la signaler le plus vite possible au Centre antifraude du Canada (CAFC), même s’il vous faut ravaler votre orgueil…